Catégories
Alpinisme Montagnes

Un premier projet d’altitude

…ce premier projet s’avère parti pour m’apporter un défi que je n’avais pas prévu: Focuser. 🙂

Bon, je prends du retard dans mon écriture, comme d’habitude j’étale mes énergies un peu partout. Et ce premier projet s’avère parti pour m’apporter un défi que je n’avais pas prévu: Focuser. 🙂

Cette idée irréfléchie est née un peu avant les fêtes, juste au moment ou je prenait la decision que 2020 serait mon année du piolet et que j’étais pour devenir « Apprenti Alpiniste » (grosse voix et musique dramatique). C’est mon ami Greg, qui m’est arrivé avec « Hey, je planifie faire Orizaba avec un ami, ça te dit? » Oriz-what!? « C’est un volcan au Mexique, le voyage est abordable et c’est pas technique. » Okay, oui je le veux!

J’étais déjà inscrit à mes HM1 et HM2 en janvier, février et l’on prévoyait le voyage pour mars, tout était parfait ! 🙂 J’ai donc demandé mes vacances et entrepris de me trouver un plan d’entrainement jusqu’au jour J.

Et c’est ici que mon vrai défi commence. À partir d’ici, TOUT est en lien avec l’objectif final: Orizaba. Je veux vraiment mettre toutes les chances de mon coté et j’ai beaucoup d’inconnus sur ce projet; l’altitude, mes capacités physique, mes capacités mentales, etc. Ça me motive énormément ! Je me suis donc mis en mode compte à rebours, je compte les jours qui reste, ca déboule à grande vitesse (et no self arrest possible).

En gros, ca veut dire que je m’entraine 6 jours par semaine; 3 jours de cardio, 1 en force et une longue sortie. Je m’efforce de m’alimenter sainement et de m’abstenir de tout alcool (pas avec succès 🙂 ) Pour y arriver, ça implique donc des sacrifices plus ou moins difficiles.

C’est sur que couper sur les 5@7 et les apéros c’est pas ce que je trouve le plus agréable. Ah, mais j’y participe et j’ai du « sober-fun », mais c’est ca, c’est pas pareil. Manque le petit feeling « humm-ca-se-peut-qu’on-l’échappe! » 🙂

Pour le reste, ca va, ce n’est pas les efforts alimentaires ou l’entrainement qui sont le plus difficile, c’est les défis collatéraux: Le pas-de-temps avec les collègues et les amis, par exemple. Mes collègues de travail sont tous des personnes avec-qui-tu-veux-passer-du-temps. Au lieu, de partager le diner avec eux, ben je choisi d’aller m’entrainer sinon je ne pourrai pas réaliser mes heures, parce que a 17h je vais devoir aller chercher Fils à la garderie ou m’assurer que Blonde obtient assez d’attention pour l’empêcher de brûler mes bottes ou… on comprends la dynamique.

Je voudrais aussi faire plus de ski et plus de glace cet hiver, mais ca n’arrivera pas ! 🙂 Cette année, j’ai choisi de l’investir dans mon alpinisme et avec tout ce que ca me rapporte en nouvelles rencontres et nouvelles expériences, meme après seulement un mois; ca me dit que la route va être awesome baby !

Mais quand même, ce magnifique but m’oblige me motive énormément à focuser toute mon attention au meme endroit et ça, je trouve ca hard as fuck ! 😀

1 réponse sur « Un premier projet d’altitude »

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *